Trouvailles : Concerts et opéras (8/12) : Les artistes excentriques

 


 Page   de 

 

La musique «classique» version kétaine

La carrière sous surnoms, les pavillons d’instrument de couleurs, les colliers d’identification, les leggins, les ultras mini-jupes (mes grands-parents disent des «rase-trou»), les chandails transparents avec la brassière noire bien visible dessous, les jambières camouflage avec des talons aiguilles à motif léopard, les «danses à dix» occasionnelles, les sessions photo bizarres, la marchandise sous licence pour les «fans», OUF!

Elles mentionnent d’ailleurs en entrevue dans la revue mensuelle de l’American Federation of Musicians d’avril 2014 que la compagnie Mattel gagnerait à produire des poupées à leur image et qu’elles en rêvent…

Il est difficile de juger si elles ont un talent dépassant le niveau professionnel de base car leur site, exclusivement axé sur l’image et sur des photos de ces demoiselles, ne donne pas d’échantillon de leur musique sauf 4 clips non-professionnels de musique pop, tournés en coulisse ou en dans un auditorium de polyvalente : ils sont d’ailleurs très difficiles à dénicher sur le site, cachés dans la galerie photo. (http://www.genghisbarbie.com/gallery.html) À l’exception de «Cosmic Barbie» concernant son poste de 3e chaise dans le New York Philarmonic, leurs bios sont d’ailleurs rédigés de façon à ce qu’il soit impossible à première vue de juger si ce sont des solistes tournant internationalement ou des musiciennes d’orchestre devant se déplacer constamment pour faire du remplacement dans les rangs, faute de gagner l’audition d’un poste permanent dans un orchestre prestigieux…

Disons que bien qu’elles l’assument pleinement, se décrivant elles-mêmes en entrevue comme «post-post-féministes-féministes», que cette image délibérée n’est pas pour aider celle des femmes en général dans le milieu de la musique classique, surtout en Europe où les grands orchestres des pays germaniques sont encore souvent accusés d’être machistes… Comme le dit la critique : «It’s obvious they’re using the “sex sells” idea to get attention, but, I’m not sure that the concept really works – or – what do you think?».

De ma contact sur Facebook

Parodie de Gangnam Style en opéra

L'art lyrique se prête très mal à une parodie de ce succès planétaire. Même si je ne suis pas un fan fini d'opéra, je préfère de loin Nemsum Dorma à cette prestation.
''«J'aime» particulièrement la danse du chanteur-les pompes de grenouille- on est vraiment pas aux grands ballets canadiens- et les petits «wo,wo,wowop» saccadés....Sacram...! Mais c'est quoi cet orchestre et ce chanteur???? Mon pauvre musicien de mari est en détresse cardiaque en entendant cela....Il implore la pitié actuellement.''

Alex sur Facebook

Désastre au Messie de Handel

Cet organiste a sans doute perdu son emploi après cette "performance".

Aussi répertorié à :Noël --- WOW !!!

L'Opéra de Montréal fait une publicité pour les Noces de Figaro, Hélène Guilmette parle du rôle de Susanna qu'elle chantera (*), c'est bien, mais c'est un air de la comtesse Almaviva et non de Susanna qui joue en arrière-plan durant la pub. >>FAIL!!<

Anne Deblois sur Facebook

Autre fail: la pub télévisée de l'OSQ qui tourne actuellement sur Radio-Canada. L'enregistrement de Carmina Burana qu'on y entend n'est pas de l'OSQ....

A.B sur Facebook

(*) L'air est «Porgi amor».

Une Carmen complètement saoûle!

Vous aurez un choc en visionnant cette "performance" de la soprano Serbe Dragana Jugovic interprétant en état d'ivresse un extrait de l'opéra Carmen de Bizet.

Vous devez savoir pourquoi cela s'est produit en lisant cet article sur le blogue singin'rin.

Concerto pour animateur de radio

Un animateur de radio peut-il être le soliste d'un concerto? C'est la certitude qu'a acquise Kent Nagano depuis qu'il a été invité à l'émission de René Homier-Roy, C'est bien meilleur le matin. Il a fait aménager un studio de radio sur la scène de la salle Wilfrid-Pelletier.

Un autre idée de fou du japonais de l'OSMl. Solistes de 5e ordre, donc de la série Z. VIVEMENT ANDRÉ ARTHUR COMME SOLISTE! Le virtuose des virtuoses des animateurs de radio, ce que Pagannini, Rostropovitch, Liszt furent respectivement au violon, violoncelle et piano!

Voici un commentaire d'une de mes correspondantes

"Quand on va au concert et que cela parle, cela nous agace. Donc, 27 minutes d'agacement, avec des textes alarmistes et négatifs, soit de la science-fiction sans aucune poésie. La musique de film en arrière n'est pas si pire, du moins ce que l'on peut en entendre, évoque Debussy par moment mais sans grande originalité. «Yves? Yves? Yves?». Bref, on veut se faire voir par une première dont le concept n'a guère de bon sens: ce n'apporte rien à la musique que d'être de la musique couverte et polluée. Même les soirées de poésie en musique ne vont pas juste là, avec des textes qui sont chantés ou du moins plus musicaux, avec le rythme des vers, et les rimes d'une belle langue. Et la musique d'accompagnement des animateurs (qui soit dit en passant n'ont aucune oreille musicale selon toute vraisemblance) n'a pas souvent rapport avec ce qui se dit. Bref, une Pavane pour danseurs ou nuvite, arts essentiellement muets, conviendrait mieux à un tel concept interdisciplininaire. Donc, mon opinion va dans le sens de celle du journaliste dit «grincheux»"

AB, Lévis

 Voici un vidéo très spécial d'un duo de pianistes, Alain Lefèvre peut aller se rhabiller.

Un autre massacre de Carmen !!!!

Comme à chaque année je vais à la Place Bonnaventure pour aller visiter le Salon des Métiers d'Arts.

Vous allez me dire, quel est le rapport avec Carmen de Bizet ?

Il y avait une petite scène d'installée où des chanteurs lyriques (masculins et féminins) interprétaient des extraits de Carmen, sans doute l'Opéra le plus connu du grand public.

Sans avoir assisté directement à la prestation de ces "artistes" je pouvais clairement les entendre peut importe où je me trouvais dans le hall de la Place Bonnaventure.

Ce que je pouvais entendre était pathétique. Des chanteurs absolument incapables d'atteindre une note élevée bien qu'on avait affaire à des chanteurs au registre sopranos et ténors. Des fausses notes et des trémolos se succédaient à la va comme je te pousse. Je finis par me demander si ce n'était pas du karaoke sur des airs d'opéra. Suite à une vérification sommaire je me rendis bien compte que ce n'était pas le cas.

On ne se présente pas en public quand on n'est pas capable de rendre une telle oeuvre de façon décente, et on se contente de chanter sous la douche ... et encore. J'aurais peur de subir les foudres des voisins.

Lors du concert classique présenté en juin 2002 en l'honneur de la reine d'Angleterre, afin de mettre tout le monde dans l'ambiance, lorsqu'est venu le temps pour le célèbre couple Roberto Alagna-Angela Georghiu d'interpréter le célèbre Brindisi (La Traviata, G. Verdi), un maître d'hôtel est venu servir aux deux interprètes une coupe de champagne sur plateau d'argent... Bof...

Les choristes qui sifflent et crient Yahoo! pour féliciter leur directeur lorsque ce dernier se joint au chef d'orchestre et aux solistes pour les saluts ça, c'est de la classe! (anecdote véridique).

Les choristes qui ont la manie de battre la mesure, soit en tapant du pied, ou en bougeant la tête et le partition, ou les deux.

Lors d'un concert symphonique, le ou la choriste qui, reconnaissant ses parents ou amis dans la salle, les salue de la main en souriant!

Sortir son mouchoir et le tenir bien en vue de la main gauche avant d'attaquer les premières notes d'un air, ou après avoir complété ce même air. Luciano Pavarotti le fait vraiment! Et ce comportement -- kétaine sauf le grand respect que je dois à ce ténor célèbre -- a été véritablement reproduit sur scène, à plusieurs reprises, durant des opéras ou spectacles d'humour.
Lors de la Flûte enchantée de Mozart, lorsque l'oiseleur Papageno fait sonner ses cloches à un moment donné, le choeur des esclaves se met à danser, c'est dans le scénario. Cette scène peut donc donner lieu à des trucs vraiment bizarres ou franchement burlesques. Lors de la représentation de juin 2000, à Québec, vous auriez dû voir les hommes faire de la danse en ligne, y aller d'un French cancan tout croche, faire un tour sur eux-mêmes et quitter la scène en faisant le train comme à la disco et des bye-bye avec leur main droite... J'ai craqué: éclats de rire pendant 20 secondes!!

Je me demande d'ailleurs pourquoi ils n'ont pas fait la gestuelle de YMCA (Village People) tant qu'à y être...

J'ai déjà vu le ténor dans l'opéra Carmen arborer une véritable coupe «Afro» (rousse par-dessus le marché) et porter la moustache. Et il joue un soldat, faut le faire!!! (vieux vidéo datant de 1979)

Sur scène, le choriste habillé en soldat romain ou égyptien, ou en n'importe quel autre personnage d'une autre époque, qui a oublié d'enlever sa montre...

Anachronisme à l'opéra: lorsque la soprano, habillée en costume d'époque et jouant une gentille jeune fille vierge, porte des souliers à talons aiguille!!

L'artiste qui chante délibérément plus fort que les autres afin de se faire remarquer.

De la même manière, il y a toujours un choriste qui chante plus fort que tous les autres, brisant l'uniformité du choeur, et souvent ce choriste est celui qui chante le plus faux... *aaaargh! mes oreilles* Dans la même veine, avez-vous remarqué que lorsqu'une production est enregistrée pour la radio ou la télévision, les micros sont toujours placés près de ces choristes plus ou moins talentueux?

L'artiste qui se soûle lors de la soirée-gala et qui fait un fou de lui, après la représentation d'une oeuvre orchestrale quelconque.

Quand la soprano en fait trop, c'est-à-dire ne plus respecter la partition pour y aller de vocalises dans le but d'impressionner le public, à la longue. C'est trop souvent le cas dans le Barbier de Séville (Rossini), où la partition de la jeune Rosine est littéralement massacrée quand on engage une soprano pour ce rôle d'alto, et moi qui ne tolère aucune déviation (sauf quand le compositeur le permet en mettant des notes supplémentaires aux bons endroits)... De telles courbettes vocales qui frisent le kétaine, quant à moi. (parole de puriste)