Page   de 
 

Ce prof ne le prend pas...

... de se faire souhaiter un bon anniversaire surprise en plein cours.

De The Lad Bible sur Facebook

Aussi mentionné sur Discutables --- Punissables --- Abjects --- Ridicules

Je me souviens que ce phénomène était couramment observé quand je fréquentais le Collège Militaire de St-Jean en 65. Nous étions tellement sollicités que nous avions pas assez de nos 6 heures (et encore !!!) pour dormir la nuit.

De Conneries.QC sur Facebook

Photos de seins et french kiss à l'initiation d'étudiants de l'UQO

«Si tu embrasses une fille: 1 point». «Si tu prends une photo d'un sein: 2 points». Boire de l'alcool «dans une craque de seins: 3 points». Les nouveaux étudiants en communication de l'Université du Québec en Outaouais (UQO) se sont vu proposer une activité au goût douteux, le 8 sept., à Gatineau.

Une affiche qui explique les «12 travaux d'Hercule» des nouveaux étudiants soulève maintenant la colère des internautes sur les réseaux sociaux.

L'activité a été proposée hier soir au café étudiant de l'UQO, mais les nouveaux étudiants ont refusé massivement d'y participer, selon le président de l'Association générale étudiante du campus (AGE-UQO), qui condamne l'organisation de cette activité.

Source : La Presse.ca

Laissé dans un coin, loin de ses camarades, et vêtu d'un sac poubelle.

C'est dans cette humiliante posture que Nyesha Terry, une mère de famille de Chicago a découvert son fils handicapé de 5 ans dans sa salle de classe.zz

Il s'appelle Lloyd, il a 5 ans, ne s'exprime malheureusement pas et souffre d'une épilepsie qui le fait saliver. D'où cette "solution" trouvée par l'enseignant (malgré les vêtements de rechange et les bavoirs laissés à disposition tous les jours dans un sac par sa mère) qui a réitéré le lendemain... avant d'être suspendu.

Source : L'Obs sur Facebook

Principalement mentionné dans -  Discutables --- Punissables --- Abjects

Un étudiant fait cuire du bacon en plein milieu d'un cours ...

... qui n'était pas, soit-dit en passant, un cours d'art cullinaire. C'est bon à savoir.

Cela s'est passé à l'université d'état du Missisipi alors que l'étudiant en question faisait cuire son bacon sur un cuiseur Georges Foreman à la première rangée de la salle de cour.

Source : Neatorama

Il se fait foutre dehors parce qu'il portait le kilt à son bal de finissants

David Leix, 16 ans , du compté de Johnston en Caroline du Nord a été évincé par les officiels du bal parce qu'il ne répondait pas au code vestimentaire de son école.

Les organisateurs ne semblaient pas connaître ce qu'est le kilt et tout ce qui lui est associé.

Principalement mentionné dans : Vêtements --- Masculins --- Éléments associés au port du kilt

Donner ce type de réponse à un examen quand on ne connait pas suffisamment sa matière.

On gars s'essaye comme dirait l'autre.

Lorsque je fréquentais le Cégep de Lévis-Lauzon, il y avait un étudiant dit «adulte» (ce qui désignait les étudiants qui effectuaient un retour aux études après 21 ans et donc plus âgés que la moyenne des autres) qui avait la manie de se costumer ainsi pour sortir au Bar du Normandin ou à la Boulathèque même si ce n’était pas l’Halloween. Il l’avait notamment fait pour un party de Noel débuté au logement de certains étudiants et terminer dans les bars précités. Il voulait de façon admise s’amuser à attirer l’attention et à mystifier le public sur son identité. Par ailleurs, il agissait très normalement lors de ces sorties!  

Des centaines de grillons lâchés à l'UQO

Plusieurs dizaines, sinon des centaines d'insectes ont été lâchés, mercredi matin, à l'intérieur des murs de l'Université du Québec en Outaouais (UQO) par des manifestants contre la hausse des droits de scolarité.

Source : Le Droit d'Ottawa

Également mentionné dans : Discutables --- Punissables --- Abjects

Aujourd'hui, dans un cours de programmation Web, un étudiant à qui on a demandé de redémarrer, a éteint l'écran et l'a rallumé.

Ciboux sur Twitter

Pas de musique à l'école

Il n'y a pas d'âge pour les accommodements raisonnables. La direction d'une école du quartier Saint- Michel accorde un passe-droit particulier à une jeune musulmane de maternelle: on lui permet de placer des écouteurs anti-bruit sur ses oreilles parce que sa religion lui interdit d'écouter de la musique.

Lisez la suite de l'article du Journal de Montréal dans l'hyperlien.

Je commence à en avoir totalement marre de ces accommodement déraisonnables.

Ce à quoi ma soeur Johanne réplique :

"Allons-nous nous montrer aussi conciliant quand des parents catholiques et pratiquants vont demander un local de prière pour leurs enfants? Je ne pense pas.

Les gens sont prêts à faire des centaines de courbettes pour accommoder les Musulmans mais quand il est question d'un maire qui veut dire la prière avant de commencer ses réunions municipales, des citoyens vont jusqu'à porter l'affaire devant les tribunaux. Nous sommes un petit, petit peuple sans envergure, sans colonne vertébrale et sans fierté. Nous renions nos traditions, toutes nos traditions, et laissons les gens qui viennent s'installer chez nous nous dicter comment doivent se faire les choses. Au lieu de s'intégrer à notre société, nous nous intégrons à eux. Les politiciens sont les premier responsables. Pour avoir des votes, ils sont prêts à n'importe quoi. C'est le monde à l'envers. Il ne faut plus dire Noël. Certains parlent de remplacer le Père Noël par un clown. Que nous sommes imbéciles. Va voir si les Saoudiens font des accros à leurs lois quand une femme s'installent en Arabie saoudite avec son mari pour un poste temporaire. Non. Elle doit se plier aux règles même si elle est étrangère. Que ceux qui ne veulent pas entendre de musique aillent s'installer dans un pays où les gens pensent comme eux. Pas ici. Ou qu'ils envoient leurs enfants dans une école musulmane."

Merci à Paul Houde de cette trouvaille
Ces moniteurs d'écoles de conduite qui sont un mélange d’exposition de pieds et de détour humain. Toujours des amis piétons à qui donner des lifts, les enfants et les sacs d’épicerie à aller déposer chez eux au début du cours, même le chiot qui me sautait dans le dos derrière le banc de conducteur. Ils ont souvent les deux pieds posés sur le rebord de la fenêtre ouverte, tout en fumant….

Enseignant à la mine patibulaire !!!

Wendy Scott, enseignant au sein d’une école primaire de North Brookfield dans le Massachusetts (USA), veut interdire les crayons de bois et les stylos dans sa classe. Le professeur des écoles a même écrit un mot dans le carnet des élèves afin de justifier sa position. Et s’ils enfreignent la nouvelle règle, les élèves seront punis.

Elle justifie sa position en précisant que les élèves pourraient fabriquer des armes avec leurs propres crayons. Il est vrai que le graphite des mines de crayons pourrait servir de matériel pour produire de poudre à canon mais quand même !!!!

Porter un costume de Stormtrooper de Star War lors de sa graduation au lieu de la tenue classique Il est surprenant que les autorités de l'institution aient permis cette tenue à la finissante..

Nus dans les rues de Manille

Une dizaine d'étudiants ont participé nus à la traditionnelle course organisée par l'Université des Philippines, à Manille.qui est célèbre pour la statue qui la représente: un homme nu symbolisant la capacité de chacun à se vouer entièrement au service de son pays.

On ne verra jamais l'Universite du Québec à Montréal organiser une telle course en plein milieu de janvier. On risquerait de se retrouver avec un tas de zizis gelés. Se geler le zizi en hiver ce n'est pas drôle, ça fait mal en maudit !!!!

Source : Yahoo !!!

«Une école ne doit pas «offrir des cafés spécialisés dans la salle du personnel», vu leur teneur élevée en sucre, selon le ministère de l'Éducation." Incroyable.

Sylvain Moisan sur Facebook

L'attitude arrogante des étudiants en techniques policières vis-a-vis les autres étudiants, particulièrement les filles.

Ils se croient bien intelligents ou drôles en adoptant un langage ordurier qui ferait pâlir notre ami André Arthur.

À cela Sylvie Lafrenière rajoute :

"Je suis tout à fait d'accord. Je me souviens d'un cours d'anglais au Cégep auquel étaient inscrits beaucoup d'étudiants en techniques policières. Ils prenaient un malin plaisir à ridiculiser les autres élèves et à essayer de se montrer supérieur aux autres. Quand quelqu'un faisait une erreur en parlant ou en lisant à haute voix, ces aspirants aux rangs de la force constabulaire se mettaient à rire de cette personne, comme s'ils étaient parfaits en anglais. Sauf que lorsque leur tour venait, on constatait que leurs connaissances de la langue de Shakespeare n'étaient pas plus poussées que celles de leurs compagnons de classe. En plus, un sacre n'attendait pas l'autre. Je peux vous dire que j'ai trouvé la session assez longue merci..."
Sylvie

Un collègue de travail me raconte que des élèves d'une école du voisinage discutent entre eux, et ce en plein cours.

La où ça devient réellement aberrant est lorsque ces élèves utilisent leur téléphone cellulaire pour parler à un camarade assis à l'autre bout de la classe.

Les professeurs qui ne sont pas capable d'admettre leurs erreurs

"Monsieur, vous vous etes trompé de 6% sur ma feuille
-tu te reprendra au prochain test... "

Les livres d'école qui font des exemples avec des noms de personnes qui fittent, comme des livres qui traitent d'emploi et qui appellent le gars Yvon L'Engagé ou un dentiste qui s'appelle Adam Carrier ... AH Au secours !!!

La majorité de ces spectacles de fin d'année qui ont lieu dans les écoles publiques, et où on voit des enfants sachant à peine interpréter "Frère Jacques" à la flûte traversière ou chantant comme des crécelles défectueuses s'exécuter devant un public ravi de parents, oncles et tantes.

Cet article de Francine Allard tiré du Matinternet est reproduit ici avec sa permission.

Je rajouterai un commentaire additionnel en disant que l'on n'est pas loin des "freak shows" dénoncés par la presse écrite naguère plusieurs années.

Les profs de français qui donnent les mêmes lectures année après année. Par exemple, j'ai eu "Mme Bovary" à lire en secondaire 5, puis au cégep en français 2, et cette année à l'université. De même, dans les cours de littérature québécoise, mettre au programme "Agaguk" ou "La grosse femme d'à côté est enceinte". Quelle originalité! Après ça ils disent que le but de l'école est d'ouvrir notre esprit à la culture, ce dont je doute fort. Ce n'est pourtant pas le choix qui manque côté classiques de la littérature française et québécoise...

Sophie

Les étudiants de polyvalentes (*) qui sèchent leurs cours, mais qui passent l'après-midi sur le terrain de l'école ou dans le stationnement.

(*)Au Québec : École secondaire publique bas de gamme.

Sans être allé moi-même à l'école privée, je peux affirmer que la pire école privée est nettement meilleure que la meilleure polyvalente.

Le prof d'anglais semi-hystérique devant ses élèves un peu turbulents:

"Come on class, be quiet. Be quiet!"!!!!!! FARMEZ VOUS LÀ!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!"
Dans la même école mais dans une autre classe:

Les profs qui s'adressent à leurs élèves de la façon suivante:

"Ok, les ti-zamis, là Claudette va vous montrer comment conjuguer le verbe être..."
... quand les dits t-zamis sont en 6ème année....

Pour un professeur : Parler en faussant et en agitant l'index devant les élèves de la façon suivante :

"Je vais vous RA-CON-TER une histoire."